Bref, j’ai fait du Speed Dating

6 minutes pour échanger, et pourquoi pas séduire, voilà le principe de ces micro-rencontres.  Intrigué par ce concept et la mise en situation où l’on ne dispose que peu de temps pour parler de soi et écouter l’autre, j’ai décidé de passer à l’acte et d’enfin tenter l’expérience. J’étais particulièrement curieux de me voir dans cette posture. Google > Speed Dating. Le premier lien. Toujours le premier lien. Je tombe sur http://www.softdating.com/ qui propose des soirées « Lemon Friday » (ça tombe bien j’aime le citron) offrant des séances de rencontres chronométrées le vendredi soir au Bizen dans le 2eme arrondissement de Paris pour 15€ à partir de 20h. L’offre comprend également une conso ainsi que la possibilité de rester à une soirée dansante jusqu’au bout de la nuit. Inscription avec un pote. Arrivée sur place dans le froid vers 20h30. L’hôtesse d’accueil regarde plusieurs fois mes chaussures avant de finalement me laisser entrer dans l’arène. (elles sont classes mes Nike salope, et y en a plein qui sont rentrés avec de vraies baskets d’abord). C’est parti.

On descend dans la salle spéciale. Le Bizen est un bar bien chic, l’espace réservé au speed-dating l’est tout autant. Une grande salle avec plein de fauteuils et canapés. Lumineux, cozy, l’endroit est agréable. Mais rentrons dans le vif du sujet. Un hôte prend notre nom et notre âge. Un autre vient nous expliquer le principe. On récupère une feuille avec un mini tableau à deux colonnes, sur celle de gauche il faut noter le numéro de la fille, et celle de droite sert à inscrire quelques caractéristiques pour se souvenir de la personne (prénom, âge, mot-clé). La fiche nous donne également notre propre numéro et nous invite à nous rendre sur le site http://www.lemonfriday.org après la soirée pour inscrire les numéros des personnes avec lesquelles on souhaite prolonger le contact. On dirait un peu le principe de résultats d’examens en ligne mais soit.

On s’installe sur les canapés pendant que les séances commencent. Toutes les demi-heure, elles alternent entre 20/30 ans et 30/40 ans. On prend notre conso. Pas de jus de pamplemousse, je suis désemparé. Je décide d’expérimenter le jus de goyave. Il faut clairement rationaliser sa boisson gratuite, car hormis le forfait 15€ pour la soirée, tout le reste au Bizen est hors de prix. C’est Paris, c’est classieux d’accord, mais 7€ le soft, 14€ le cocktail, 29€ le menu le moins cher et 5€ la bouteille d’eau, je dis non. Une fois la consommation avalée, je reprendrai les bonnes vieilles habitudes de boire de l’eau au robinet dans les toilettes.

L’heure tourne et c’est déjà l’heure de démarrer ces rencontres fortuites mais encadrées. 30 minutes, 5 filles. C’est maintenant.
Ce n’est pas du tout comme je m’étais représenté le speed-dating, à savoir un face à face autour d’une table. Là on est tous répartis sur des longs canapés, on parle à la fille à notre gauche, et ensuite on change de place. Mon pote est à ma gauche, il parlera donc à presque toutes les mêmes que moi. J’ai décidé de demander les numéros et de les noter dès le début, afin de pouvoir tout de suite enchaîner sur la conversation et de pouvoir alterner sans retarder l’organisation parce qu’il faudrait noter en catastrophe le numéro.

La première : Numéro 152, elle s’appelle Mathilde, 25 ans. Sur la petite feuille j’ai noté le mot-clé « Fromage », je ne sais pas plus trop pourquoi à vrai dire, mais c’est tourjous bon signe à moins que je ne décrive ses oreilles. Ah si je me souviens, elle fait un stage marketing chez le groupe Bel. C’est la première fois qu’elle fait du speed-dating aussi. Elle vient souvent au Bizen mais n’avait jamais tenté l’expérience. Les 6 minutes passent très vite, il n’y a pas de blanc, la discussion est fluide, chacun parle à son tour. Elle est plutôt jolie, souriante. Elle aimerait rencontrer d’autres gens que toujours le cercle d’amis qu’elle fréquente, c’est pour ça qu’elle a choisi de participer. Ding-dong, c’est déjà fini, il faut changer de place.

La deuxième : Numéro 183, ou l’incarnation même du cliché. Brune, elle est très mignonne mais elle s’appelle Aurélie, 26 ans, coiffeuse et maman d’un petit garçon appelé Tony (le pauvre) de 5 ans. Coucou Colonel Reyel. Et bien sûr elle a une frange. J’ai beaucoup de mal à trouver un terrain de conversation. Je bafouille, il y a un gros silence de plusieurs secondes. Elle n’attend rien de particulier de ce genre de rencontres, elle est juste venue pour accompagner des amies. (C’est la pote de Mathilde) Le mini-calvaire arrive enfin à son terme. Mot-clé : Coiffeuse

La troisième : Numéro 86, Virginie, 26 ans, elle aussi amie de Mathilde et Aurélie. Elle remarque que j’ai des lunettes. Elle est opticienne. C’est plié. 6 minutes à entendre des superlatifs sur la passion qu’elle ressent pour son métier et la fierté et le bonheur qu’elle a d’évoluer dans un milieu qui lui plait. Je n’ai pas eu beaucoup de temps pour parler. A vrai dire c’est pas trop grave, puisque j’ai sorti la poker face du mec qui n’écoute que d’une oreille mais qui acquiesce d’un « hmm hmm » varié d’un « ah ouais ». Je conclus enfin d’une réflexion très comptoir de bistrot « le speed dating c’est comme un mini rendez-vous chez la psy sauf que t’es clairement invité à la pécho ». Next. De toute façon elle était blonde. Mot-clé : Lunettes

La quatrième : Numéro 055, Sophia, 21 ans. Enfin une fille plus jeune. Mais grande. Tellement grande. Brune métis vêtue de rouge. Après de très brêves présentations, elle me dit que mon pote lui a parlé de moi. Ils ont parlé de séries et elle a établi 24 et Spartacus comme ses séries préférées. 24 étant LA série ultime de mon coeur, j’ai du lâcher mon plus grand sourire, ce qui a pu l’effrayer j’en conviens. La conversation s’est donc poursuivie à l’aise, forcément quand on me traîne sur le terrain des séries… J’ai pu placer Utopia dans la conversation je pense. Héhé. Mot-clé : 24

La dernière : Last and very least. Problème d’organisation, on n’a pu parler que deux minutes. Numéro 186, Audrey, voilà tout ce qui est noté sur ma fiche. Elle n’a même pas pris la peine de noter mon numéro, je ne me suis donc pas vraiment intéressé à elle même si elle était cordiale sur le plan esthétique. Je me rappelle que c’est une copine de Sophia et qu’elle est Toulousaine parce qu’une noire avec l’accent du Sud ça m’a fait sourire (appelez la LICRA), et si ma mémoire est bonne et elle est ingénieur en aéronautique. L’échange se clôturera là-dessus, ainsi que ma première expérience de speed-dating. Mot-clé :

Le bilan est mitigé. Je suis plutôt déçu de n’avoir pu discuter qu’avec 5 filles, qui se connaissaient quasiment toutes entre elles qui plus est. C’est pas forcément l’idéal vu qu’ensuite forcément elles vont piailler, ce sont des filles après tout. Mais à part ça, ce fut très sympathique. Il faudrait vraiment un miracle pour rencontrer l’amour à ce genre d’endroits, mais le concept plus l’organisation proposée par le Bizen rendent le tout intéressant et je pense qu’il est possible de faire des rencontres très sympa. Je retenterai volontiers l’expérience. Par contre un bémol sur la soirée dansante, j’avais lu « ambiance funk et disco » mais au final on s’est tapé plus d’une heure de House Dance horriblissime et assourdissante à souhait tant les enceintes étaient disséminés partout. Il y a quand même eu un petit passage hip-hop très sympa mais poignardé par le DJ qui ne pouvait s’empêcher de mixer à tout va, massacrant et dénaturant tous les meilleurs sons. Je n’ai pas recroisé beaucoup des demoiselles du speed-dating pendant la soirée, juste Sophia et sa pote au moment de partir à 5h.

Sans grand suspense, je me suis connecté sur le site des résultats et j’ai inscrit les numéros 152 et 055 comme personnes que je souhaite revoir. Ce sont les deux avec qui j’ai eu un bon feeling. Forcément, avec les mots-clés « Fromage » et « 24 », c’était couru d’avance.  À l’heure où j’écris ces lignes, les demoiselles en question ne se sont pas encore connectées pour indiquer leurs résultats.
Au final j’ai appris deux choses au cours de cette nouvelle expérience : le speed-dating n’a rien d’effrayant et j’aime le jus de goyave.

Publicités

3 réflexions sur “Bref, j’ai fait du Speed Dating

  1. Quel courage, quel gout pour l’aventure, j’en suis toute retournée. M’étonne pas que tu annules des soires chorizo Pokémon jus de pamplemousse pour ce genre d’évènements.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s