Clément Chantôme, le précieux parisien

Nous sommes le dix-huit septembre. À Paris, dans le seizième arrondissement, la nuit règne au-dessus du Parc des Princes. Un léger vent frais souffle sur les tribunes, comblées de nombreux aficionados faisant résonner à plein volume les chants en l’honneur de leur club de cœur. Au dehors, à quelques minutes du premier coup de sifflet, la foule se presse encore pour assister à ce qui va bientôt les marquer à jamais. Dans la chaude ambiance parcourant les travées de l’enceinte rouge et bleu, des dizaines de milliers de supporters ont connu l’une des plus belles choses qu’un être humain puisse admirer dans sa vie : voir Clément Chantôme disputer la Ligue des Champions.

Mardi soir pour son grand retour sur la scène européenne, le PSG a décroché les trois puntos face au Dynamo Kiev. Avec les buts et la manière s’il vous plaît. Tous les joueurs se sont mis au diapason pour fournir à leur public une prestation digne de la plus belle des compétitions européennes. Clément Chantôme n’a pas fait exception et a même fortement contribué à ce succès avec une prestation de haute volée, gratifiée d’une passe décisive pour Alex sur un corner astucieusement joué. Alors qu’il découvrait la Ligue des Champions comme bon nombre de ses partenaires, le pur produit du centre de formation a montré qu’il était plus qu’un simple bon joueur de Ligue 1. Positionné au poste de milieu axial droit, on aurait dit un chien fou. Il était partout. Devant, au milieu, derrière, sur le côté, on l’a vu cavaler comme pas permis et faire un travail de pressing et de récupération énorme, mais surtout indispensable, pour débroussailler le terrain à Marco Verratti, le maître à jouer de l’équipe, afin que ce dernier puisse faire l’étalage de sa palette technique dans les meilleures dispositions. Selon les statistiques officielles de l’UEFA, Chantôminho est le joueur qui a parcouru le plus de distance dans le match avec 11,969 km couverts. Une activité impressionnante. D’autres statistiques intéressantes du match fournies par le très bon WhoScored viennent confirmer la bonne performance du numéro 20 francilien : 96% de ses passes sont arrivées à destination et deux d’entre elles furent des passes-clé. Autant dire qu’il a vraiment joué propre. Mais pas seulement. Chantôme c’est aussi 5 interceptions et 3 tacles sur ce match. Défensivement, c’était donc solide et cela n’est pas passé inaperçu. Dans ce rôle de box to box avec son double apport offensif-défensif, il a montré qu’il était complémentaire avec Verratti et Matuidi.

Spoiler : Clément Chantôme, en finale de Ligue des Champions, passe en revue la défense de Chelsea.

Alors n’ayons pas peur des mots, ce match a mis l’un des chouchous du Parc sous le feu des projecteurs et on pourrait même penser qu’il peut être l’homme de la situation pour la saison sur le côté droit du milieu à trois élaboré par Carlo Ancelotti. Certes, Chantôme a moins d’impact physique qu’un Momo Sissoko mais ça ratisse presque tout autant et c’est meilleur techniquement. C’est alors le parfait complément de Blaise Matuidi, infatigable et indéboulonnable à gauche. De même, son placement relativement bon permet de couvrir efficacement les montées de Christophe Jallet et de soutenir ses deux autres partenaires à la récupération du ballon. Quant à Thiago Motta, bien qu’il soit intrinsèquement meilleur que notre chouchou, son mauvais pied droit fait défaut sur le flanc, surtout quand on sait que le Mister ne cesse de demander à ses latéraux et ses milieux excentrés de prendre la profondeur pour soutenir les phases offensives. Chantôme lui n’a pas ce problème. Et puis il est bien plus vif que son coéquipier italo-brésilien. Son seul défaut apparent est sa tendance à multiplier les fautes. En outre, ses blessures à répétition peuvent être un obstacle à sa progression.

Mais merde, Chantôme c’est l’âme du Paris Saint-Germain. C’est le mec qui entame sa treizième année au club, qui n’avait jusque-là presque connu que les années galères et que Paul Le Guen a trop souvent baladé sur les côtés. Parfois surnommé Sergueï Chantôme pour ses faux airs ruskovs et sa tendance à revêtir des cols roulés en plein cagnard, rappelons aussi que c’est le joueur qui aurait pu et aurait dû revêtir le maillot bleu national qu’il méritait lorsqu’il s’est révélé en 2010/2011 sous l’œil bienveillant de Claude Makélélé et qu’il éclaboussait les terrains de Ligue 1 de son talent et sa classe. Mais tant pis, les vrais savent que Chantôme respire le football. Clément Chantôme FTW.

L’avenir du Paris Saint-Germain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s