Hunger Games, analyse d’un livre massacré.

Après Harry Potter et ses magiciens, après Twilight et ses vampires voici Hunger Games et ses enfants afamés. Hunger Games est le nouveau film qui fait parler de lui. Véritable raz-de-marée au box-office avec déjà plus de 300 millions de dollars de recettes et des critiques unanimes pour saluer ce film realisé par Gary Ross. On peut tout de même se demander si Ross a vraiment lu le livre. Enquête dans les coulisses d’un meurtre.

Hunger Games est le premier tome de la saga The Hunger Games trilogy, fruit de l’imagination de Suzanne Collins. Hunger Games nous plonge dans un univers dystopique, c’est-à-dire l’opposé de l’utopie: un univers peu propice au bonheur. L’histoire nous est narrée par Katniss Everdeen une adolescente de 16 ans qui sera plongée malgré elle dans l’enfer des Hunger Games. Le film aborde brièvement le background d’Hunger Games, pour rappel, douze districts ayant chacun leur spécialisation industrielle (le douze pour les minerais, le onze pour l’agriculture par exemple) s’organisent autour du gouvernement symbolisé par le Capitole. Dans Hunger Games, la vie dans les districts est censée être particulièrement difficle surtout pour des districts comme le douze, considéré comme l’un des plus pauvres, chaque jour pour ses habitants est une lutte contre le faim. Et la famille Everdeen ne déroge pas à la règle, obligeant alors Katniss à braconner et troquer, c’est-à-dire enfreindre les lois, pour assurer leur survie. Dans le film les personnages ne semblent pas être concernés par la faim, ils sont bien portants et font bien plus que leur âge, peut-être un signe d’une bonne nutrition ? Non car rappelez vous, ils sont censés être des enfants affamés, des enfants affamés prêts à augmenter leur probabilité d’être sélectionnés pour les Hunger Games, en échange de nourriture.

En effet chaque année les douze districts envoient un garçon et une fille âgés de douze à dix-huit ans pour participer aux Hunger Games, un combat à mort où un seul participant en reviendra. Cette participation hormis être un ticket simple pour la mort et aussi pour les participants un formidable moyen d’accéder à un cadre de vie luxueux en attendant le début des jeux. Chose que nos deux tributs, dans le livre, ont bien compris en ne manquant pas de profiter au maximum des buffets qu’on leur propose, leur permettant alors de combler des années (et particulièrement pour Katniss) de manque. Un point que le film n’aborde pas quand Suzanne Collins dans son livre insiste sur des orgies culinaires.

Non, si tout simplement ils paraissent plus agés, c’est une question de casting. Jennifer Lawrence, incarnant une adolescente de seize ans, en a vingt et un, quand Liam Hemsworth vingt deux ans, joue un garçon de dix-huit ans. Ce qui avait fait la magie des premièrs films Harry Potter, c’était que des enfants étaient joués par des enfants. Dans des conditions comme ça, comment frémir pour le sort des personnages de Hunger Games ? Des enfants à la guerre c’est une chose atroce, des adultes à la guerre c’est une chose normale.

Les personnages secondaires ont aussi été survolés dans notre film. Qui donc sont ces gens qui accompagnent nos tributs au Capitole ? Les deux tributs de chaque districts sont encadrés par un ancien gagnant des Hunger Games issus du même district. Les deux du douze seront alors sous la tutelle d’Haymitch, un alcoolique notoire mais avant tout un excellent stratège. Haymitch n’a pas la même prestance que dans le livre. Contrairement aux apparences il s’avère être un excellent tuteur, et définira comme stratégie, de faire passer Katniss et Peeta pour des amants. De plus chaque tribut se voit attribuer un styliste personnel, chargé de choisir les tenues portées en publique. Katniss aura alors pour styliste Cinna, qui passera du statut de styliste à celui d’ami. Katniss le répétera à plusieurs reprises dans le livre : Cinna est la seule personne qu’elle a apprécié de ces Hunger Games, quand dans le film leur relation est vaguement abordée.

L’un des points importants de l’histoire est la relation entre Katniss et Peeta, ces deux tributs du district douze se connaissent sans se connaitre depuis leur enfance. Haymitch insite bien dans le bouquin pour que ces deux soient constamment vu ensemble en public. Cinna reprendra le concept en leur soufflant l’idée de se donner la main sur le char lors de la grande présentation, alors que dans le film cette initiative est prise par Peeta. Tout le long du livre, les deux sont pris dans une relation ambiguë. Il y’a fort à parier que Peeta est fou amoureux d’elle, quand elle, ne sait plus ou elle en est. Malgré tout, elle jouera la comédie sur ordre d’Haymitch. La Katniss du livre est une fille en proie au doute quand son homologue du film est huilée comme une machine de guerre. De son côté le film n’insiste pas autant sur ce couple monté de toute de pièce et sur les sentiments bivalents entre ces deux. Dans le livre, le Peeta grièvement blessé à la jambe, refusera que Katniss risque sa vie pour aller chercher des médicaments. Obligeant alors Haymitch à envoyer des somnifères. Leur relation étant à la fois survolée et modifiée par moment par rapport à celle du livre, fait que l’on n’arrive pas à croire à ce couple d’amants maudits.

Dans les Hunger Games on ne meurt pas que sous les coups de ses ennemis. On meurt aussi de déshydratation, de faim, ou d’infection. Et la Katniss du livre l’apprendra à ses dépends, se livrant dans une course perpétuelle contre ces trois risques de mort, dans le livre les Hunger Games s’étalent sur plusieurs semaines, quand la partie des jeux dans le film est représentée en une heure et quelque. Deux tributs vont véritablement se démarquer dans ces 74e Hunger Games, Katniss, héroïne du livre oblige et Cato. Dans le livre Cato incarne la hantise de Katniss, aussi bien dans les phases d’entraînements que pendant les jeux. Une relation dominant dominé s’installe entre les deux, et le lecteur retient son souffle pour qu’elle ne le croise jamais durant ses jeux. Dans le livre Katniss calque ses déplacements sur ceux de Cato pour l’éviter au maximum sachant pertinemment qu’un duel entre eux deux lui serait fatal. Dans le film Cato est un mollusque,n’inspirant aucune crainte, aucun dégoût, aucun sentiment désapprobateur si ce n’est l’ignorance. Là ou un Draco Malfoy ou encore un Joffrey Baratheon (Game of Thrones) ont réussi en quelques minutes à inspirer le dégoût. Le Cato du film n’a rien à nous offrir. Le duel final qui devait tant nous faire frémir s’avère alors de piètre facture.

Et quand dans le livre les chiens sauvages de la fin sont en fait la réincarnation des enfants morts, ils ne sont que des vulgaires chiens dans le film. Alors que le livre se dévore, le film se regarde péniblement, survolant trop l’oeuvre de Collins, on peut déplorer aisément un tel manque de fidélité. Quoi qu’il en soit Gary Ross ne réalisera pas le deuxième opus puisque ce dernier a tout simplement démissionné pour raison d’emploi du temps. Une bonne nouvelle pour les fans comme moi, totalement déçu par cette première adaptation.

Publicités

4 réflexions sur “Hunger Games, analyse d’un livre massacré.

  1. J’ai pas lu le livre, et pourtant en voyant le film on peut déjà sentir les carences de cette adaptation trop ciblée grand public. Mais vu que ça marche…

  2. Je n’ai pas trouver cette adaptation si mal, même si je suis en accord avec tous les points que tu as soulevé. En vérité, je m’attendais à bien pire.

  3. Un livre n’est pas un film. On ne peut donc pas en attendre le même rendu entre 2 heures et 400 pages. Je trouve par contre le film plus subtil dans sa narration en forme de reportage en direct. Nous voyons Katniss de l’extérieur et aussi des scènes explicatives courtes (comme le dialogue entre le président Snow et le haut-juge), ce que le livre ne peut apporter, étant écrit à la première personne. Pas un livre assassiné donc, mais un livre grand public adapté en un film grand public!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s